La mémoire au cœur des apprentissages

ISEL (Institut Supérieur d'Études Logistiques)

Les connaissances sur la mémoire humaine viennent en partie de la neuropsychologie, c’est-à-dire de l’étude de patients souffrant d’un syndrome amnésique ou d’une autre pathologie de la mémoire. L’imagerie cérébrale réalisée chez le sujet sain comme dans différentes affections neuropsychiatriques a complété les travaux réalisés en neuropsychologie. La notion de système de mémoire a été utilisée dans des modèles articulant structure et fonction.
Une terminologie s’est progressivement imposée : mémoire épisodique, mémoire sémantique, mémoire de travail, mémoire perceptive, mémoire procédurale. Ces concepts sont utiles dans différents débats fondamentaux comme les liens entre la mémoire et le temps, la conscience, l’identité personnelle ou leurs modifications dans différentes conditions physiologiques. Une thématique qui renouvelle le champ théorique de la mémoire humaine est constituée par les relations changeantes entre la mémoire individuelle et la mémoire collective. Certaines connaissances issues de ces domaines de recherche sont utiles pour comprendre les liens entre mémoire et apprentissage. Pourtant, la thématique des relations entre mémoire et apprentissage chez l’enfant et l’adolescent ne date guère plus d’une vingtaine d’années. Cette problématique est amplifiée aujourd’hui du fait des liens avec la « neuroéducation » et les
changements majeurs induits par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.
L’exposé sera émaillé de différents exemples permettant d’illustrer cette évolution théorique et les applications pratiques des connaissances sur la mémoire et les apprentissages.

Références :
Eustache F. et Guillery-Girard B. La neuroéducation, la mémoire au cœur des apprentissages. Paris :
Odile Jacob, 2016.
Eustache F. et coll. Ma mémoire et les autres. Paris : Le pommier, 201 .

Conférence d'ouverture

Retour au programme